[ TEST ] Gotham Knights : la relève est elle assurée ?

Comme n’importe quel fan de Batman qui se respecte, s’il y a bien un jeu que j’attendais cette année, c’est celui-ci. Sorti le 21 octobre 2022 le dernier né de Warner bros Game Montréal nous présente une Gotham privée du Chevalier Noir et confiée à la bat-family. On peut dire que dernièrement, il aura fait couler beaucoup d’encre en annonçant tourner à 30fps. Le studio, nous propose-t’il une aventure solide ? C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Gotham ton univers impitoyable

Batman n’est plus et la nouvelle ne tarde pas à se répandre dans tout Gotham. Les criminelles sont de sortie et s’en donnent à cœur joie. C’est dans cette ville en proie au crime et à la violence que commence votre aventure. Si vous êtes un lecteur de comics vous prendrez vite vos marques. Gotham est telle que décrite dans ces derniers, c’est une ville sombre, crasseuse, où le crime s’épanouit à chaque coin de rue et où chaque habitant est un criminel potentiel.

Vous allez prendre part à l’aventure au côté de la bat-family, faute de chevalier noir. Vous pourrez alterner entre Bat-girl, Nightwing, Red Robin et Red Hood. Chacun possède son propre style et c’est bien vu. On aurait pu s’attendre à d’autres personnages emblématiques comme Damian Wayne l’actuel Robin mais c’est déjà pas mal.

Nos héros reprennent par la force des choses le flambeau de Batman et décident de finir sa dernière enquête sur fond de cours des hiboux et de ligue des assassins. J’ai été assez étonné de découvrir le principal ennemi de ce jeu puisque sa première apparition est assez récente. C’est une idée originale, qui sort des sentiers battus. Cela permet même d’introduire de nouveau ennemi : les ergots. Je ne vous en dis pas plus, mais le scénario oscille entre enquête, courte révélation et léger rebondissement. Rien de grandiose malheureusement et il ne parvient jamais vraiment à décoller d’autant plus que certaine parties sont expédiées trop rapidement. Pour autant on retrouvera un certain nombre d’éléments représentatifs de la cour des hiboux et c’est un bon point. Ne vous attendez donc pas à quelque chose d’aussi complexe qu’Arkham Knight qui a même osé présenter plusieurs sous scénario, cependant l’aventure reste plaisante à parcourir.

Pour rappel, la cour des hiboux est apparue dans les comics en 2011 à la suite du reboot DC comics. Nous l’avons ainsi découverte dans Batman Saga en France. Si vous voulez vous plonger dans son histoire, ils sont actuellement réédités en format poche chez Urban Comics.

Lors de cette enquête, vous allez croiser un certain nombre d’allier de la chauve souris. L’inventeur de génie Lucius Fox qui vous épaulera, la policière Montoya et bien entendu Alfred le majordome emblématique de la série. On peut aussi compter sur le lot de méchants habituels, du pingouin en passant par Mister Freeze. Je ne vous dresse pas une liste exhaustive et c’est volontaire, loin de moi l’idée de vous gâcher la surprise. Même s’il participe à l’immersion dans l’univers et pour certain vous fourniront des intrigues supplémentaires c’est peu. Le jeu vous proposera une enquête en 8 parties et quelques sous intrigues. Pas de quoi enquêter pendant des jours, en quinze heures vous aurez malheureusement fini. Des super vilains ce n’est pas ce qui manque dans Batman et il y avait matière à faire mieux. D’autant plus que les objectifs secondaires reste répétitifs et on en aura vite fait le tour : empêcher un braquage, délivrer des otages … ou bien collecter des objets. C’est assez classique pour un monde ouvert, mais ils ont le mérite de respecter l’univers.

L’histoire c’est bien mais parlons gameplay

Le jeu vous proposera bien souvent d’alterner entre plusieurs phases lors d’une même séquence. Batman étant avant tout un détective, vous serez amené à enquêter à l’aide d’une vision RA ( réalité augmentée ) qui vous permettra de mettre en évidence certains éléments de votre environnement et de suivre le fil des indices. Parfois pour faire avancer l’histoire, d’autre fois pour résoudre des énigmes. Cette dimension bien qu’importante et bien vu n’est pas assez mise en avant et se résumera bien souvent à scanner des éléments ou suivre des files pour débloquer des interrupteurs. On rentre dans la peau du détective, mais on aurait aimé en faire plus. Les énigmes sont simples et ne vous demanderont pas beaucoup de réflexions, sauf peut-être une ou deux. On est loin du niveau du Sphinx. Cette facilité plaira sûrement à certains et pour ma part, je trouve que cela permet de ne pas couper le rythme en nous faisant tourner en rond durant de longues minutes. Le jeu brille effectivement plus par ses nombreuses phases de combat.

Gotham Knights vous proposera d’aborder les combats de deux manières. La manière douce en vous cachant dans l’ombre, et en analysant votre environnement, à l’aide de la RA, pour déployer de multiples pièges, ou vous pourrez simplement foncer tête baissée au combat. Même si le jeu nous pousse à employer un style plus qu’un autre en nous proposant divers objectifs bonus liés à la façon d’éliminer les ennemis, se faire repérer n’est guère punitif.

Le système de combat en lui-même est simple, mais efficace. Ici aucune nécessité d’apprendre des dizaines de combos. Il faudra vous contenter d’attaques légères, lourdes et à distances. Le tout agrémenté d’esquives qui, si elles sont effectuées avec le bon timing, permettront de réaliser des attaques plus efficaces. On notera aussi la possible utilisation d’attaques spéciales et de certains gadgets liés à votre personnage. Même si cela semble peu, on ressent une réelle satisfaction à l’issue des combats et une véritable montée en puissance au fur et à mesure de notre apprentissage. Il vous sera d’ailleurs proposé de suivre les enseignements de Batman pour parvenir à le maîtriser à la perfection. C’est bien amené.

Monde ouvert et aspect rpg

Qui dit ville, dit monde ouvert. Cette Gotham est un terrain de jeu considérable comportant de nombreux lieux emblématiques des comics, de la tour Wayne en passant par la Banquise, célèbre bar du Pingouin. Graphiquement, le jeu tiens la route. Les différents effets de lumière subliment l’ensemble et participent à l’ambiance de la ville. Le ray-tracing fait ici des merveilles. Malgré la polémique, je n’ai perçu que peu de ralentissement et mon expérience dans cette ville a toujours été fluide et agréable. Le studio a vraiment soigné sa copie.

Ce grand terrain de jeu pourra être parcouru à pieds ou à moto. Même si au départ l’utilisation de véhicule pour atteindre des points éloignés est nécessaire, la moto est vite reléguée au second plan par les points de téléportation. Ce n’est pas plus mal, car sa maniabilité s’avère particulière et imprécise.

Dernier point et pas des moindres, le jeu nous propose un léger aspect RPG. Vous allez ainsi gagner des niveaux au fur et à mesure de votre enquête et de la résolution des crimes. Cette montée en puissance s’accompagnera de l’obtention de point de talent à répartir dans un arbre de compétences. Ajoutons à cela la possibilité de personnaliser votre équipement et d’équiper divers mods pour le rendre encore plus offensif. Bien qu’intéressante, cette partie du jeu est mal amenée et assez confuse. Je me suis contenté de monter mes stats au maximum et de bénéficier de bonus passif comme le poison ou l’électricité. On saluera cependant l’effort et appréciera les différents aspects cosmétiques apportés par les tenus, qui avouons-le, sont du plus bel effet.

Conclusion

Gotham Knights se révèle être une bonne surprise. Il met en œuvre à sa manière l’univers du chevalier noir et il le fait plutôt bien. On prendra plaisirs à défendre une Gotham gangrénée par le crime notamment grâce à un système de combat accessible. Malgré tout, la répétitivité des objectifs secondaires et la quête principale trop peu développée peuvent nuire à l’expérience. Ici, nous somme en face d’un jeu qui ne demande qu’un léger polissage pour être le digne successeur de son aîné. Dans tous les cas, il serait dommage de passer à côté, encore plus si vous aimez l’univers.

Me concernant, j’ai passé un agréable moment en compagnie de la bat-family et j’y reviendrai sans souci en cas de sortie de DLC.

 

J’ai aimé Je n’ai pas aimé
  • L’univers fidèle aux comics
  • La possibilité d’incarner plusieurs personnage
  • Les intrigues secondaires
  • La cour des hiboux
  • Le système de combat accessible mais …
  • L’aspect RPG brouillon 
  • Le manque d’ennemis emblématiques
  • Certains chapitres trop vite expédiés
  • La moto
  • … vite trop simple

 

OursGamer

Fondateur et rédacteur sur OursGamer fan de j-rpg et particulièrement de Persona. Retro gamer depuis bien trop longtemps, particulièrement sur Snes. Je n’ai pas de plateforme ou de type de prédilection ce qui compte pour moi ce sont les jeux et l’expérience qu’ils me procure.